Les contes de Constance

Une plage se désespérait, grain par grain, son sable s'enfuyait. On avait beau lui dire que ses grains étaient promus en verre ... elle coulait de grosses larmes d'eau salée. En bonne mère, elle savait qu'il lui fallait lécher ses petits pour qu'ils mènent leur vie. Après tout ils ne lui appartenaient pas.

Copyright
-
This text will be replaced

Voir le spectacle associé

Quand la Nature s'en mêle

Ecoutez les 105 autres contes de la rubrique